Résidence Methods | Appel à candidatures

Chaque année, Ohme soutient et offre son expertise à cinq artistes dans le cadre de résidences artistiques et techniques. A travers cette initiative, et en fonction des besoins spécifiques de chaque artiste, Ohme soutient activement la création, la production et la diffusion de projets artistiques innovants, apporte un solide soutien technique et scientifique en matière de recherche et de développement, travaille en réseau avec des expert·e·s et chercheur·euse·s, et favorise les échanges entre l’art, la science et la technologie.

Ohme lance un appel destiné aux artistes/artisan·ne·s sur la fabrication du verre à l’époque médiévale, en collaboration avec les services 4MAT et CReA-Patrimoine de l’ULB ainsi que ENSAV La Cambre. Ce projet s’ancre dans la recherche en archéologie et en science des matériaux d’Alicia Van Ham-Meert, et bénéficie du soutien de Clémentine Vaultier, assistante artistique au département céramique de La Cambre.

Description de la résidence :

L’appel est destiné à un·e artiste ou artisan·ne verrier·ère désireux·se de mieux comprendre la chimie et la physique du verre, son histoire et de réaliser des expérimentations de fabrication de verre à partir de ressources locales (quartz, cendres de bois, oxydes métalliques). Cette résidence sera composée de plusieurs étapes.

Phase 1 : étude de terrain, collecte et calcination – 5 jours

Une phase de collecte de matériaux aura lieu dans les environs de l’abbaye de Stavelot, à laquelle participera l’artiste, dans le but de prélever, labelliser puis stocker ces matériaux. Une phase de calcination aura également lieu sur place afin de récolter des cendres, notamment de fougères, à plusieurs endroits. Cette collecte aura lieu sur plusieurs jours consécutifs.

Certains étudiants de l’atelier de céramique de La Cambre se joindront également à cette collecte, avec l’objectif de fabriquer des émaux de cendres par la suite. Plusieurs membres de Ohme, ainsi que des artistes et des membres du public intéressés par cette activité, participeront également. Les journées de collecte et de calcination se termineront par des échanges artistiques et scientifiques autour du feu, en lien avec le projet de recherche artistique de Clémentine Vaultier.

Phase 2 : étude en laboratoire – 5 jours

Alicia Van Ham-Meert et l’artiste analyseront ensemble les matériaux récoltés avec des méthodes d’analyse moderne (fluorescence, diffraction rayons x), en échangeant sur leurs connaissances et pratiques, et produiront des échantillons de verre à partir de plusieurs recettes. Des oxydes métalliques récoltés permettront également d’envisager plusieurs stratégies de coloration du verre. L’artiste sélectionné aura l’occasion d’acquérir une meilleure compréhension scientifique du verre, de pratiquer l’analyse chimique des matériaux récoltés et de pouvoir anticiper son travail en atelier.

Phase 3 : travail du verre en atelier et recherche plastique – 20 jours

L’artiste expérimentera dans son propre atelier avec de plus grandes quantités de matériaux récoltés et devra notamment souffler au manchon les recettes de verre et réaliser du verre plat. Cette démarche permettra d’appréhender les défis pratiques auxquels les artisans de l’époque auraient pu faire face et évaluer l’efficacité de la mise en oeuvre de différentes recettes de verre.

Une fois ces nouvelles compositions de verre maîtrisées, l’artiste pourra développer une recherche plastique propre à partir de ces recettes de verres médiévaux. L’artiste pourra alors s’équiper des techniques de fabrication de son choix, et jouer sur les différentes compositions de verres, fabriquées avec les ressources collectées. L’artiste pourra explorer comment les variations de matière, voire leurs variations saisonnières, influencent l’esthétique et la forme.

Phase 4 : présentation de la recherche – 3 jours en festival et une exposition

Les expérimentations de cette recherche seront montrées à Bruxelles, les 11, 12 et 13 octobre 2024 lors du festival Curieucity, un festival de sensibilisation aux sciences et aux arts, organisé par l’ULB et la VUB en partenariat avec Ohme. Cette présentation devrait idéalement se produire autour d’un four à bois dans l’espace public et sera également accompagnée de présentations scientifiques et artistiques de Alicia Van Ham-Meert et Clémentine Vaultier. Le projet de recherche sera également présenté lors de l’exposition annuelle de showcase Ohme de février 2025.

Ce que nous recherchons 

Nous recherchons un·e artiste ou artisan·ne verrier·ère doté·e d’une solide expérience pratique dans la mise en forme du verre, et idéalement dans le soufflage au manchon. Bien que la compétence en soufflage ne soit pas strictement requise, elle constituera un atout considérable.

L’ artiste ou artisan·ne sera aussi intéressé.e par les propriétés physico-chimiques du verre et par l’utilisation de ressources locales pour en produire.
L’ artiste ou artisan·ne aura un intérêt pour les méthodes ancestrales de production de verre et idéalement une expérience de travail avec des fours à bois pouvant reproduire partiellement des conditions de fabrication anciennes.
L’ artiste ou artisan·ne doit être autonome pour la production et la mise en forme de verre en atelier (four, outils,…)
L’ artiste ou artisan·ne aura une bonne maîtrise du français et/ou del’anglais.
L’ artiste ou artisan·ne ne doit pas nécessairement être basé en Belgique, mais comme les coûts de transports réguliers ne sont pas prévus dans ce projet, les résidents belges seront favorisés.

Ce que nous offrons 

• Un budget total de 6 000 € HTVA à répartir entre la rémunération de l’artiste et les coûts de production (énergie), en fonction du projet proposé.
• L’accès à des connaissances de sciences des matériaux et d’archéologie de pointe
• Une expérience de fabrication de verre à partir de ressources locales
• La possibilité de travailler ses compositions de verre en profondeur et d’analyser systématiquement ses matériaux
• Envisager différentes stratégies de coloration du verre à partir de matériaux naturels (oxydes métalliques).
• L’opportunité d’exposer sa recherche dans un festival art et sciences à Bruxelles et lors d’une exposition collective de Ohme.

Calendrier de la résidence

• Date limite de candidature : 14/04/2024, 23h59
• Annonce de l’artiste ou artisan·ne sélectionné·e: 25/04/2024 
• Phase de récolte et de labo: 10 jours à planifier entre mai et juin 2024
• Jours de recherche en atelier: 20 jours à planifier entre juin et septembre 2024
• Événement de restitution de la recherche : 11, 12 et 13 Octobre 2024
• Présentation du projet dans le cadre du showcase annuel de Ohme: février 2025

Comment candidater ?

Si vous êtes un·e artiste ou artisan·ne intéressé·e par cette résidence artistique, envoyez votre candidature avant le 14/04/2024, 23h59, en incluant les éléments listés ci-dessous dans un seul PDF à envoyer à l’adresse suivante : opencall@ohme.be

• Un C.V. à jour
• Votre portfolio
• Un texte d’une page maximum, en français ou en anglais, expliquant votre intérêt pour la résidence et éventuellement des intentions artistiques pour celle-ci
• Une note d’intention, de deux pages maximum, en anglais, relative au projet de recherche artistique que vous souhaitez développer ou affiner, incluant une description du projet.
• Le formulaire de contact complété à télécharger ici.

Nous nous réjouissons de travailler avec vous. Si vous avez des questions ou si vous souhaitez obtenir de plus amples informations, écrivez-nous à opencall@ohme.be.

Partenaires

Alicia Van Ham-Meert, ingénieure de formation, a poursuivi une carrière en archéologie scientifique. Titulaire d’un Master en Sciences archéologiques de l’Université d’Oxford, elle s’est spécialisée dans le développement de méthodes non destructives pour étudier le verre et les métaux anciens pendant son doctorat à la KU Leuven. Experte en analyse isotopique, elle a également travaillé sur le bois médiéval pour la production de verre à partir de cendres de bois dans le projet TIMBER à l’Université de Copenhague. Elle est également reconnue pour son approche interdisciplinaire et collaborative en archéologie.

Poursuivant aujourd’hui ses recherches, Alicia Van Ham-Meert se concentre sur l’étude historique et archéologique de la production de verre dans l’abbaye de Stavelot, établi au milieu du 7ème siècle. En étudiant le cas de Stavelot, il s’agit également de s’intéresser à l’histoire du verre à l’échelle locale et internationale, et ce à travers l’analyse d’échantillons de verre retrouvés lors des fouilles. Cette recherche utilise des méthodes analytiques avancées pour enquêter sur ces questions, et s’appuie sur une approche intégrant l’étude de l’histoire, l’archéologie et les sciences des matériaux.

Dans cette étude, une attention particulière est portée à la collecte des matériaux bruts dans le but de recréer fidèlement des recettes de verre médiéval. Alicia s’engage dans un travail de terrain minutieux pour collecter le quartz/le sable et de la matière végétale, essentiels à la fabrication du verre, en adoptant des méthodes que l’on suppose avoir été utilisées au Moyen Âge. Alicia utilise ensuite ces matériaux pour reproduire des recettes historiques de verre médiéval, en s’appuyant sur des textes anciens, afin de mieux comprendre les procédés de l’époque et leurs impacts environnementaux.

 

Clémentine Vaultier, artiste française établie à Bruxelles, a une formation de céramiste mais se passionne davantage pour l’univers du feu que pour les objets qu’il permet de créer. Elle explore comment nous produisons, utilisons et partageons la chaleur, unissant ainsi céramique, performance et pédagogie autour de cet élément. En créant, collectant et réarrangeant du matériel technique, historique et d’archives, et en dialoguant avec d’autres, elle tisse des récits autour de la chaleur, considérée comme un besoin humain essentiel et un phénomène en soi. Elle est assistante artistique au département céramique de La Cambre et coordonne le module transdisciplinaire « cuire ensemble ici », position avec laquelle elle ouvre les étapes de collecte à la communauté céramiste de La Cambre.

Le 4MAT est un département de l’École d’ingénieurs de Bruxelles de l’Université libre de Bruxelles. Ses activités de recherche portent sur les matériaux inorganiques. Elles couvrent l’ensemble du cycle de vie des matériaux depuis leur synthèse et leur traitement jusqu’à la gestion optimale de leur fin de vie en passant par l’optimisation de leurs (micro)structures pour une application donnée. Cette approche est principalement motivée par la raréfaction des ressources qui fait du développement durable une priorité.

Les sujets de recherche sont à la fois d’intérêt fondamental et industriel. Cela implique une grande variété de schémas de financement de la recherche, allant des projets européens et nationaux au financement direct par des partenaires industriels.

Le Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine CReA-Patrimoine fédère l’ensemble des programmes de recherche de l’Université libre de Bruxelles dans les domaines de l’archéologie et du patrimoine, tant en Belgique qu’à l’étranger.

Il assure la formation pratique des étudiants à l’archéologie de terrain et constitue l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en charge du patrimoine.

Partnaires du projet

Ce programme de résidence est organisé grâce au soutien d’Innoviris et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Appel à candidatures | Résidence Methods

Chaque année, Ohme soutient cinq artistes dans le cadre de résidences artistiques et techniques. A travers cette initiative, en fonction des besoins spécifiques de chaque artiste, Ohme soutient activement la création de projets de recherche singuliers qui sont ensuite présentés au grand public. L’organisation offre notamment un solide soutien technique et scientifique aux métiers d’art, en travaillant en réseau avec des chercheur·euse·s, et en favorisant les échanges entre l’art, la science et la technologie.

En collaboration avec les services 4MAT et CReA-Patrimoine de l’ULB ainsi que ENSAV La Cambre, Ohme lance un appel destiné aux artistes/artisan·ne·s sur la fabrication du verre à l’époque médiévale. Ce projet s’ancre dans la recherche en archéologie et en science des matériaux d’Alicia Van Ham-Meert (ULB), et bénéficie du soutien de Clémentine Vaultier, assistante artistique au département céramique de La Cambre.

Partnaires du projet

Ce programme de résidence est organisé grâce au soutien d’Innoviris et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Recherche en Perspective 2024 – Kickoff

Le lundi 5 février, Ohme et le département de communication visuelle et graphique de La Cambre ont donné le coup d’envoi de la sixième édition de Recherche en Perspective, au cours de laquelle des étudiants en master de La Cambre et des chercheurs de différents domaines scientifiques partagent, apprennent les uns des autres et échangent sur la meilleure façon de vulgariser, de représenter et de communiquer des recherches scientifiques très complexes, au profit d’un large public ainsi que des artistes et des scientifiques eux-mêmes.

Cette année, les participants exploreront cinq projets de recherche dans différents domaines : Philosophie des sciences, sciences des matériaux, neurosciences, synthèse et analyse d’images, sciences de l’information et de la communication, psychologie et sciences de l’éducation.

Quentin Hiernaux

Chercheur qualifié FNRS et professeur de philosophie des sciences au Centre de recherches en philosophie (PHI), Faculté de philosophie et sciences sociales, ULB

Claire Fourmentin

Post-doctorante à l’Université Libre de Bruxelles, équipe 4MAT (Engineering, Characterization, Synthesis, Recycling)

Recherche : Promouvoir la culture scientifique par la formation à l’épistémologie

Recherche : A la recherche d’organisation locale dans le désordre du verre

Julia Justino, Laura Bourgaux, Romane Boulanger

Chercheuses et doctorantes au Centre de Recherche en Cognition & Neurosciences (CRCN), Faculté de Psychologie, Sciences de l’éducation et de Logopédie, ULB

Adrien Foucart, Arthur Elskens

Post-doctorant au Laboratory of Image Synthesis and Analysis (LISA), École polytechnique de Bruxelles ULB

Recherche: Brain Safari

Marine Lagasse

Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication (UPHF – France) et Psychologie et Sciences de l’éducation (UMONS – Belgique)

Recherche: Connaître l’expérience personnelle d’un agent en
environnement complexe : Cas d’étude de la visite libre au musée

Recherche : Fusion d’images médicales « précliniques » multimodales

Find out more about Recherce en Perspective

Recherche en Perspective

Recherche en Perspective

Les sciences et les technologies, notamment dans la recherche académique, peuvent être difficiles à comprendre… et parfois encore plus difficiles à expliquer. En 2018, cherchant un moyen d’y remédier, nous avons eu une idée : réunir autour de la table des chercheurs scientifiques et des étudiants en communication visuelle, en les invitant à travailler ensemble sur des projets à la fois visuellement attractifs et scientifiquement éclairants.

Travailler en étroite collaboration avec l’équipe pédagogique du département de communication visuelle et graphique de La Cambre Arts Visuels, ainsi qu’avec des doctorants, des scientifiques et des professeurs des différents départements de recherche Université libre de Bruxelles, nous avons commencé à explorer des moyens mutuellement bénéfiques d’établir des échanges entre des esprits très différents, mais tout aussi créatifs. Quelques semaines plus tard, nous avons lancé la première année pilote de Recherche en Perspective.

Chaque année universitaire depuis 2018, des étudiants de master en communication visuelle et graphique et des chercheurs de différents domaines scientifiques partagent, apprennent les uns des autres et échangent sur la meilleure façon de vulgariser, représenter et communiquer des recherches scientifiques très complexes, au profit d’un large public ainsi que des artistes et des scientifiques eux-mêmes.

Les résultats ? Pour chaque recherche scientifique, un panneau explicatif / poster visant à représenter et expliquer les sujets de recherche scientifique complexes. Et pour pimenter un peu le tout, ils ont également créé des œuvres d’art plus interprétatives, abstraites et personnelles, illustrant la manière dont les artistes sont inspirés par les sujets de recherche scientifique.

Artworks 2022

REFUGEES WELCOME ?
Edition
Graphic design : Jana KATANIC

In collaboration with
PhD Julia VAN DESSEL

Aspirante F.R.S-FNRS
Département des Sciences sociales et des Sciences du Travail
Faculté de Philosophie et Sciences sociales (ULB)

AU PAYS DES GRAPHES, DES ARBRES ET DES POLYÈDRES
Booklet
Graphic design: Mathilde BOUSSANGE

In collaboration with
Prof. Jean CARDINAL

Professor and researcher in the field of theoretical computer science and discrete mathematics

Co-director of the Algorithms Research Group
Computer Science Department
Faculty of Sciences (ULB)

OÙ LA COULEUR EXISTE-T-ELLE ?
Edition
Graphic design : Zoé Kamalic
https://zoekamalic.be/

In collaboration with
Adrien Lucca

FRArt FNRS Fellow
Professeur de Couleurs à La Cambre

POURQUOI LES FILLES RATENT PARFOIS LES COURS DE PISCINE
Booklet and posters
Graphic design: Zahra Eddaif

In collaboration with
Lucas Secades & Julia Thieffry

Founders of Tulipal
www.tulipal.com

Artworks 2021

MISE EN ABYME AU COEUR DE L’ARTSCIENCE
Series of 9 posters
Graphic design: Cécile CUNY

In collaboration with
PhD Candidate Raoul SOMMEILLIER

Independent transdisciplinary research at
Ohme Academia

Research in Science Education at
 Bio, Electro And Mechanical Systems (BEAMS)
Brussels School of Engineering (ULB)

PHÉNIX : COMMENT LA MÉDECINE PEUT-ELLE UTILISER LE PLASMA FROID?
Edition
Graphic design : Raphaëlle KERN

In collaboration with
PhD Candidate Orianne BASTIN

Research in biomechanical device at
Micro-Bio-Mechatronics Research Unit
Bio, Electro And Mechanical Systems (BEAMS-µTech)
Brussels School of Engineering (ULB)

UNE ÉLECTRONIQUE VERTE ET DURABLE, C’EST POSSIBLE?
Edition
Graphic design: Arthur DUBOIS

In collaboration with
Guillaume SCHWEICHER
FNRS Postdoctoral Fellow 

Research in Organic Electronics at
Department of Chemistry
Laboratory of Polymer Chemistry
Faculty of Sciences (ULB)

STÉRÉOTOPIA
Edition et poster
Graphic design : Caroline ROHN

In collaboration with
Fariha ALI
Project manager

Action-based research at
Migrations, au-delà des préjugés
ULB engagée ASBL
Université libre de Bruxelles

HYPERION : THE TITANS OF LIGHT
Edition & poster
Graphic design: Margot LASSOIE

In collaboration with
Dr. Wassilis TZEVELECOS &
Prof. Jean-Louis MIGEOT

Microgravity Research Center (MRC)
Physical Chemistry Department
Brussels School of Engineering (ULB)

Posters 2020

Artworks 2020

WHY DON’T YOU TRY KINO?
Animation
Graphic design: Lucie FAURÈS

Inspired by the PhD thesis of Amine HOSSEIN entitled “Design and implementation of a multidimensional ballistocardiograph
for automated monitoring of cardiac contractility.”

More info

OSE
Webdesign
Graphic design : Annaëlle GOLFIER

Inspired by the research of Prof. Gilles BRUYLANTS about « Délivrance d’acides nucléiques à l’aide de nanoparticules »

More info

PLANTULE MAGAZINE
Création éditoriale
Graphic design: Flore SANCHEZ

Inspired by the PhD thesis of Laurent STORRER entitled “Monitoring of crowd dynamics with passive radars based on WiFi signals”

More info

IN SPACE
Immersive projection
Graphic design : Anne-Lise DEPIERRE

Inspired by the PhD thesis of Amine HOSSEIN entitled “Design and implementation of a multidimensional ballistocardiograph
for automated monitoring of cardiac contractility.”

More info

C’EST QUOI CE BORDEL? LE POGO
Animation
Graphic design: Louis-Pierre CAUSSANEL

Inspired by the PhD thesis of Laurent STORRER entitled “Physicochemical Characterization of Chloride Transport across Lipid Membranes by Synthetic Molecular Carriers”

More info

DELHAYE ™
Campagne publicitaire, identité visuelle, packagings, vidéo et affiche
Graphic design : Axel VILLAREAL

Inspired by the PhD thesis of Quentin DELHAYE entitled “Automated System Partitioning for Efficient 3D-ID Partitioning Using Hypergraphs”

More info

NANO VIDEO GAME
Animation
Graphic design: Louise SERVAN

Inspired by the research of Prof. Gilles BRUYLANTS about « Délivrance d’acides nucléiques à l’aide de nanoparticules »

More info

3D-IC
Animation
Graphic design : Chloé GAERTNER

Inspired by the PhD thesis of Quentin DELHAYE entitled “Automated System Partitioning for Efficient 3D-ID Partitioning Using Hypergraphs”

More info

Posters 2019

Artworks 2019

SOUFFLE
Edition
Graphic design: Anne-Lise DEPIERRE

Inspired by the PhD thesis of Glenn GRAUWELS entitled “Physicochemical Characterization of Chloride Transport across Lipid Membranes by Synthetic Molecular Carriers”

MULTICRITERIA GRAPHICS
Edition
Graphic design : Laura SIMONATI

Inspired by the PhD thesis of Jean ROSENFELD entitled “An Extension of PROMETHEE to Multicriteria Clustering”

T’ES SÛR.E? LE PETIT GUIDE QUI VIENT À BOUT DES PRÉCONCEPTIONS
Edition
Graphic design: Lucie DAVID

Inspired by the PhD thesis of Raoul SOMMEILLIER entitled “Triggered Cognitive Rupture As a Way to Improve Learning and Invention Processes”

VAINCRE LA MUCOVISCIDOSE AVEC DES TRANSPORTEURS SYNTHÉTIQUES
Animated short film
Graphic and motion designs : Sébastien RABASTE
Sound design : Victor GÉRARD

Inspired by the PhD thesis of Glenn GRAUWELS entitled “Physicochemical Characterization of Chloride Transport across Lipid Membranes by Synthetic Molecular Carriers”

Logo EPB fond transparent
La Cambre logo
logo-neon-illuminated-black

Résidence Sustainable Robotics – Artistes sélectionnés

Dans le cadre du programme de résidence Sustainable Robotics, , le jury a sélectionné les propositions de Dewi Brunet et A Two Dogs Company – Kris Verdonck.

La résidence d’artiste Sustainable Robotics est un projet mené par Ohme en partenariat avec le Brussels Institute for Advanced Studies – BrIAS, et FARI – Institute of Artificial Intelligence for the Common Good, tous deux cofondés et codirigés par l’Université libre de Bruxelles (ULB) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB).

A Two Dogs Company (ATDC) est le noyau créatif des projets innovants de Kris Verdonck dans le domaine des arts de la scène et des arts transdisciplinaires depuis 2010. Basée à Bruxelles, ATDC fonctionne comme une structure en réseau, collaborant avec des talents permanents et indépendants. L’exploration constante par Verdonck des impacts sociétaux et écologiques des avancées technologiques alimente les efforts d’ATDC. Son approche multidisciplinaire mêle des éléments théâtraux et visuels pour créer des expressions artistiques uniques présentées dans des théâtres, des musées et des espaces publics. 

ATDC, en collaboration avec l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (KBIN), propose le projet Garden of the Future. Ce projet vise à imaginer un jardin du futur façonné par la perte de biodiversité et l’intégration de robots autonomes. À travers une exposition au Musée des sciences naturelles, le projet vise à déployer des robots imitant les fonctions écologiques d’espèces animales disparues. Alimentés par des sources d’énergie renouvelables et dépourvus de batteries traditionnelles, ces robots démontreront une relation symbiotique avec leur environnement. L’expertise artistique de l’ATDC, associée aux connaissances scientifiques de KBIN, sera le moteur de cette exploration, favorisant le dialogue entre l’art, la technologie et l’écologie.

Cette résidence constitue une plateforme pour développer le projet Garden of the Future. Grâce à des collaborations techniques et scientifiques, le projet vise à affiner la conception et la fonctionnalité des robots tout en approfondissant les récits artistiques et écologiques. En s’appuyant sur l’expertise des arts, de la robotique et de la biologie, la résidence cherche à créer une expérience innovante et éducative qui sensibilise à la dynamique écologique et au rôle de la technologie dans la lutte contre le changement climatique.

Dewi Brunet est un artiste plieur. Autodidacte, il pratique cette discipline depuis plus de quinze ans. Pratique encore peu connue, il considère le pliage comme une technique, un moyen d’expression et un champ de recherche pluridisciplinaire. Aujourd’hui, ses projets artistiques se concentrent sur la relation sensible entre le monde vivant et les robots. La pratique de Dewi s’inscrit dans le domaine de l’Oribotique, une fusion de la nature, de l’origami et de la robotique dont Matthew Gardiner a été le pionnier.

Le projet de Dewi vise à brouiller davantage les frontières entre les organismes vivants et les machines par la création d’hybrides Oribotics innovants. S’appuyant sur des collaborations et des explorations antérieures, le projet vise à cultiver de nouveaux imaginaires en intégrant des techniques avancées de froissement et de plissage. En élargissant les réflexions pour englober diverses formes de vie, y compris les plantes, les champignons, les bactéries et les minéraux, l’artiste s’efforce de favoriser une perception sensible de l’appartenance au monde naturel tout en abordant les défis de la durabilité.

L’objectif global de la résidence est d’approfondir la recherche sur les hybrides organiques/technologiques et d’explorer de nouvelles possibilités esthétiques grâce à des techniques de pliage avancées. En affinant les projets existants, Dewi vise non seulement à optimiser les capacités techniques, mais aussi à réimaginer les espaces d’exposition pour améliorer l’engagement du spectateur. En outre, la résidence sert de plateforme pour étudier le potentiel des matériaux biosourcés pour répondre aux préoccupations écologiques tout en comblant le fossé entre l’art et la science.

Partnaires du projet

Ce programme de résidence est organisé grâce au soutien d’Innoviris et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Perspectives : Science – Graphic Art Collaborations

Perspectives : Science – Graphic Art Collaborations

L’exposition Perspectives retraces toutes les éditions du projet académique « Recherche en Perspective » pour lequel des étudiants de Master en Communication Visuelle et Graphique (ENSAV La Cambre) et des chercheurs de l’ULB issus de disciplines variées ont collaboré. Ensemble, ils ont co-créé et produit des supports de communication illustrant de manière attractive et visuelle des contenus scientifiques parfois difficiles à appréhender et communiquer.

Car si l’engagement dans la recherche académique et scientifique vise à contribuer à l’avancée des connaissances dans un domaine spécifique, cette contribution n’a de sens que si elle est comprise et partagée.

Perspectives deuxième édition | 2023 – 2024, ULB Campus Solbosch

La deuxième édition de Perspectives retrace cinq éditions du projet académique Recherche en Perspective, coordonné par Ohme et l’ENSAV La Cambre. Ce projet associe des étudiants de master en communication visuelle et graphique et des chercheurs de diverses spécialités dans un processus de collaboration qui privilégie l’interdisciplinarité, la créativité, le dialogue et l’apprentissage mutuel.

Le fruit de ces synergies est un ensemble de 36 productions qui te sont présentées dans un parcours à travers l’espace public du campus du Solbosch. Ces productions portent un regard critique et créatif sur les sujets, les méthodes, les objectifs et les enjeux des travaux de 23 chercheurs issus de disciplines scientifiques très diverses : biomédical, électronique, sociologie, chimie, etc.

Découvre les œuvres sur le campus jusqu’au 15 février 2024 !

Perspectives première édition | 2021, Halles Saint-Géry

Crédits

Artistes, designers graphiques, illustrateur.rice.s:
Clémentine Bost | Mathilde Boussange | Louis-pierre Caussanel | Cécile Cuny | Manon Copper | Lucie David | William Denis | Anne-lise Depierre | Arthur Dubois | Lucie Faurès | Maria Fraga | Chloé Gaertner | Anaëlle Golfier | Zoé Kamalic | Jana Katanic | Raphaëlle Kern | Amandine Kervyn | Margot Lassoie | Léonie Lefere | Hippolyte Lesseliers | Ewan A. Lopes | Sébastien Rabaste | Mélissa Rea | Caroline Rohn | Flore Sanchez | Louise Servan | Laura Simonati | Mariia Timofeeva | Axel Villarreal

Scientifiques, chercheur.e.s, doctorant.e.s, professeur.e.s:
Fariha Ali | Orianne Bastin | Gilles Bruylants | Jean Cardinal | Marie Cavitte | Louise Charlier | Quentin Delhaye | Félix Devaux | Gwenaël Diélie | Hugues Goosse | Glenn Grauwels | Amin Hossein | Céline Kermisch | Adrien Lucca | Jean-louis Migeot | Jean Rosenfeld | Joske Ruytinx | Guillaume Schweicher | Lucas Secades | Raoul Sommeillier | Laurent Storrer | Julia Thieffry | Wassilis Tzevelecos | Julia Van Dessel

Scenographie 2023/24: Aiko Design

Scenographie 2021: Studio Marie Douel

Graphic design: TAVU

Coordination pédagogique de Recherche en Perspective:
Marco Calant | Mathilde Collobert | Jean-manuel Duvivier | Chiquinquira Garcia | Loïc Gaume | Nicolas Rome | Gwen Sauvage | Raoul Sommeillier

Remerciements:
Zoé Ceulemans | Marius Gilbert | Valentine Hogge | Léa Mellini | Aurélie Rousseau

Presse

En collaboration avec l’ENSAV – La Cambre et l’Université libre de Bruxelles.

L’édition 2023/24 a reçu le soutien de ENSAV La Cambre, Université libre de Bruxelles, Innoviris, Région de Bruxelles Capitale, Fédération Wallonie-Bruxelles, FNRS – Fond Wernaers

L’édition 2021 a reçu le soutien Innoviris, la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Fonds Ernest Solvay géré par la Fondation Roi Baudouin, la Région Bruxelles-Capitale et Urban Brussels

Residency call BrIAS

Sustainable Robotics – Résidence artistique

Chaque année, Ohme soutient et offre son expertise à cinq artistes dans le cadre de résidences artistiques et techniques. A travers cette initiative, et en fonction des besoins spécifiques de chaque artiste, Ohme soutient activement la création, la production et la diffusion de projets artistiques innovants, apporte un solide soutien technique et scientifique en matière de recherche et de développement, travaille en réseau avec des expert·e·s et chercheur·euse·s, et favorise les échanges entre l’art, la science et la technologie.

Ohme a lancé un appel destiné aux artistes sur le thème de la robotique durable en partenariat avec Brussels Institute for Advanced Studies – BrIAS, et FARI – Institute of Artificial Intelligence for the Common Good, cofondés et dirigés par l’Université libre de Bruxelles (ULB) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB).

Les artistes sélectionnés sont A Two Dogs Company – Kris Verdonck, et Dewi Brunet. 

Partenaires

FARI est une initiative indépendante et sans but lucratif qui étudie, développe et encourage l’adoption et la gouvernance des technologies de l’intelligence artificielle, des données et de la robotique d’une manière inclusive, éthique et durable. Inauguré cette année, cet institut réunit des chercheur·euse·s et des expert·e·s de renommée mondiale dans ces domaines afin de relever des défis au niveau local.

L’Institut bruxellois d’études avancées (BrIAS), nouvellement créé, vise à étendre la mission des autres instituts d’études avancées en tant qu’incubateur d’idées et de recherche en se concentrant sur des thèmes actuels et urgents ayant un grand impact sur la société. Situé au cœur de Bruxelles, il vise à attirer les meilleurs scientifiques, artistes ou designer·euse·s, issu·e·s de divers domaines ou pays, sans restriction philosophique ou politique, et à leur offrir l’opportunité de travailler dans une atmosphère de totale liberté, de collaboration, d’émulation mutuelle et de fertilisation croisée. Dans ce contexte, BrIAS vise à faciliter les collaborations avec les pays confrontés à des défis cruciaux en matière de durabilité.

Pour son édition 2024, BrIAS a choisi le thème de la robotique durable dans le but d’explorer comment les robots et les dispositifs automatisés peuvent contribuer à la durabilité dans un monde où ils sont de plus en plus présents.
Des spécialistes internationaux·ales de la robotique et des expert·e·s de divers domaines sont invité·e·s à Bruxelles à plusieurs reprises entre janvier et mai 2024 pour discuter de la manière dont la robotique peut contribuer à relever les défis mondiaux identifiés par les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, tels que la pauvreté, l’inégalité et le changement climatique. Une attention particulière sera accordée aux questions relatives à la santé, à l’alimentation et à l’agriculture, au maintien de la paix, à la production durable et à la gestion des déchets électroniques, ainsi qu’à celles relatives à l’inclusion sociale, notamment par le biais des robots sociaux.

En savoir plus sur le thème

🔗 BrIAS programme
🔗 Sustainable Robotics
🔗 United Nations’ Sustainable Development Goals

Laboratories de recherche impliqués dans le projet

🔗 SMIT VUB (Studies in Media, Innovation and Technology)
🔗 SAAS ULB (Department of Control Engineering and System Analysis)
🔗 FARI ULB/VUB
🔗 R&MM VUB (Robotics & Multibody Mechanics Research Group)
🔗 BruBotics VUV (Brussels Human Robotics Research Center 

Membres du jury

 

Raoul Sommeillier est ingénieur, entrepreneur culturel, chercheur scientifique et manager d’artistes. Son cursus et sa carrière traduisent un besoin d’hybrider ses passions hétéroclites et un profond désir de briser les frontières entre disciplines. Il est titulaire d’un double master en ingénierie spécialisé en mécatronique, d’un master avancé en gestion technologique et industrielle, ainsi que d’un doctorat en didactique des sciences appliquées. Ses recherches portent sur les préconceptions scientifiques agissant comme des obstacles à l’apprentissage et sur les stratégies de dépassement de ces idées préconçues. Praticien-chercheur et lauréat de la bourse Wernaers (F.N.R.S.) de spécialisation en communication et vulgarisation scientifiques, il s’intéresse également aux méthodologies collaboratives, aux interactions transdisciplinaires, ainsi qu’à l’impact de l’intégration des arts et du design dans les processus de sensibilisation aux sciences, à la recherche et aux technologies. Raoul est l’un des cofondateurs de Ohme, où il est en charge du pôle Academia qui développe des projets académiques en lien avec des écoles d’art et des universités, ainsi que du pôle Lab qui utilise la R&D scientifique et technique comme moteur de création artistique. Il est en outre manager du producteur de musique électronique OTON et de leur label Alliance Club.

Camilla Colombo est une curatrice et productrice dont la pratique se concentre sur les arts et les sciences.

Elle a réalisé des expositions en collaboration avec le Musée d’Ixelles, à BOZAR, PILAR et iMal à Bruxelles, et elle a collaboré avec z33 (Hasselt) et l’Atelier LUMA à Arles.

Avec un parcours dans les arts performatifs et dans le plaidoyer pour les arts au niveau européen, Camilla a travaillé en Italie, au Royaume-Uni et en Belgique. Intéressée par l’hybridation et le croisement des disciplines, elle a servi dans des organisations artistiques de toutes tailles ainsi qu’avec des artistes indépendants, en se concentrant sur les productions multidisciplinaires et multimédias.  

Depuis 2016, elle est basée à Bruxelles où elle a commencé à fusionner ses expériences multicouches dans sa pratique curatoriale.

Elle est cofondatrice de Ohme, directrice artistique et curatrice. Elle a également initié Culture Solutions, un groupe d’innovation sociale indépendant à but non lucratif et ascendant qui contribue à l’excellence des politiques de relations culturelles internationales de l’UE.

En 2019, elle a cofondé SALOON Brussels, un réseau pour les femmes travaillant sur la scène artistique de la capitale belge.

Carl Mörch est codirecteur de FARI – AI for the Common Good Institute (ULB-VUB) et membre du AI Ethics & Law Board de l’initiative fédérale AI4Belgium. Il est également membre du groupe d’intérêt spécial sur l’éthique de CLAIRE et coprésident du bureau bruxellois de CLAIRE.

 

Carl vise à encourager les projets appliqués de haute qualité liés à l’IA, aux données et à la robotique qui pourraient servir la Région bruxelloise et ses habitants. Avec FARI, il veut soutenir les initiatives qui peuvent renforcer l’éducation autour de ces technologies, et pourraient aider à combler le fossé avec la société civile. Il était en 2020-2021 postdoctorant à l’Université de Montréal et à Mila – Institut québécois d’intelligence artificielle. Il a obtenu en 2020 une bourse postdoctorale de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique (OBVIA). Il est également chargé de cours et professeur auxiliaire à l’UQÀM (Montréal, Canada). Ses travaux de recherche personnels sont orientés vers l’application concrète de principes éthiques de haut niveau dans des domaines appliqués. Il s’intéresse au développement responsable des technologies dans la société, avec un accent particulier sur les soins de santé.

Avec un parcours en direction artistique, Juliette Bibasse a un goût pour les esthétiques simples et épurées. Depuis 2009, elle met ses compétences au service de la scène culturelle numérique, créant liens et opportunités entre les artistes, les festivals et acteurs du monde artistique.

Après dix ans comme productrice et agent, à accompagner un large spectre de projets et de nombreux artistes internationaux, elle est devenue curatrice indépendante et co-directrice du Studio Joanie Lemercier. En 2019 & 2020 elle est commissaire internationale invitée du festival STRP à Eindhoven. Depuis 2020 elle dirige pour la ville de Leuven en Belgique un parcours d’installations artistiques dans différents lieux historiques et patrimoniaux. En 2023-2024, elle est commissaire invitée de LLUM, le light festival de la ville de Barcelone. Basée en Belgique depuis 2013, elle est active au sein de la scène arts numériques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et actuellement vice présidente de la commission arts numériques. En 2019, elle co-fonde SALOON Brussels, un réseau international de femmes du monde de l’art. Elle est membre du Réseau français des arts hybrides et cultures numériques HACNUM.

Frank Deconinck est directeur de BrIAS pour la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Il est professeur ém. de physique médicale à la VUB. Il a été chercheur associé à l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) et chercheur au Brookhaven National Laboratory. Son principal domaine de recherche était l’imagerie médicale et le traitement des images, avec un accent particulier sur la scintigraphie nucléaire et l’imagerie par résonance magnétique. 

Dans le domaine nucléaire, il est président honoraire du conseil d’administration du Centre belge de recherche nucléaire (SCK CEN) et de la Société nucléaire européenne. Il coordonne Rad4Med.be, réseau représentant l’expertise belge en matière de sciences et technologies nucléaires appliquées aux soins de santé. 

Dans le domaine socioculturel, il a organisé, avec Mme Deconinck-De Ries, l’exposition ‘Tactile Graphic Art’, accessible aux personnes aveugles et malvoyantes. Ce projet a été sélectionné en 1989 par l’UNESCO pour la décennie mondiale des Nations Unies pour le développement culturel.

Lynn Tytgat est professeur invité et coordinatrice de weKONEKT.brussels, une initiative dans laquelle la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et l’Université libre de Bruxelles (ULB) contribuent activement au développement d’une communauté urbaine libre, connectée et résiliente. Dans ce contexte, Lynn collabore étroitement avec la scène artistique et le monde diplomatique pour renforcer les synergies entre l’éducation, la science et l’art. Elle est notamment à l’origine de Mindblowers et d’Homo Roboticus. Lynn Tytgat a étudié la littérature et le théâtre ainsi que le droit international et européen à la VUB. Elle a également suivi un cours de gestion avancé à la Solvay Brussels School. Lynn a construit sa carrière diplomatique et internationale à New York, Paris et Bruxelles, où elle a notamment travaillé pour l’UNESCO, l’Université des Nations Unies et la représentation permanente de la Belgique aux Nations Unies. Aujourd’hui, elle travaille pour l’Unité de stratégie et de politique de la VUB. Lynn est membre du Belgium’s 40 under 40 Fellow et siège à plusieurs conseils d’administration tels que l’Ancienne Belgique, Cinematek, MAD Brussels et Brusseleir.

Partenaires

Ce programme est organisé grâce au soutien de Innoviris et de la Fédération Wallonie-Bruxelles 

Artists in residency 2022-2023

Artistes en résidence 2022-2023

En 2022 / 2023, nous lançons notre programme annuel de soutien à la recherche, la résidence, la coproduction et la médiation de projets artistiques liant art, science et technologie. 

Ce programme nous permet de soutenir la création contemporaine en Fédération Wallonie-Bruxelles et de participer à la transmission des connaissances scientifiques et technologiques en Région bruxelloise.

Chaque artiste bénéficie d’un accompagnement personnalisé, allant de la rencontre et de l’échange avec des scientifiques, de l’accès aux espaces et au laboratoire Ohme pour travailler lors de courtes résidences, de la participation financière à des projets de recherche, de la recherche et du développement technique par Ohme Lab et de la création d’une médiation artistique et scientifique adaptée.

Bien qu’il n’y ait aucune obligation de produire une œuvre finale, nous invitons les artistes à participer à une présentation publique de leur projet, en mettant l’accent sur leur recherche – qu’elle soit en cours ou terminée – et à sensibiliser les gens à des sujets et technologies scientifiques. Ces événements auront lieu entre le printemps et l’automne 2023.

Pour cette première édition, nous avons sélectionné 6 artistes avec qui travailler, en mettant nos compétences au service de leur création, de manière intermittente, pour une durée de 1 an. Les artistes avec lesquels nous avons le plaisir de travailler sont Damien Petitot, Studio Adrien Lucca, Laura Colmenares Guerra, Frederik Vanhoutte, Yannick Jacquet et Otto Lindholm

PROJECT PARTNERS

Ce programme est organisé grâce au soutien de

la Commission des Arts Numériques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et d’ Innoviris

Machines for Good

Machines for Good

Qu’est-ce que Machines for Good ?

L’intelligence artificielle peut-elle être non seulement un outil mais aussi un sujet de discussion ?

Partant de ce défi, 4 organisations européennes – Baltan Laboratories, Fundación Zaragoza Ciudad del Conocimiento – FZC, Ohme, menées par Sineglossa – lancent Machines for Good, un nouveau projet européen financé par la European Commission dans le cadre du programme CERV

CERV est l’acronyme de Citizens, Equality, Rights and Values (Citoyens, égalité, droits et valeurs) : il s’agit d’un programme lancé en 2021 par l’Union européenne et qui s’étendra sur sept ans, jusqu’en 2027. Il vise à soutenir et à développer des sociétés ouvertes, fondées sur les droits, démocratiques, égales et inclusives, basées sur l’État de droit. Il s’agit notamment de mettre en place une société civile dynamique et autonome, d’encourager la participation démocratique, civique et sociale des citoyens et de cultiver la riche diversité de la société européenne, sur la base de nos valeurs, de notre histoire et de notre mémoire communes.

Machines for Good contribuera à atteindre cet objectif en utilisant l’IA non seulement comme un outil, mais aussi comme un moteur de la participation des jeunes, lorsqu’elle est associée aux arts. Pour ce faire, le projet prévoit une série d’ateliers de formation dans chaque pays où les partenaires sont basés – Italie, Belgique, Pays-Bas, Espagne – destinés aux adolescents et aux jeunes, au cours desquels des outils d’intelligence artificielle seront présentés et utilisés pour aborder de manière critique des questions liées à quatre défis technologiques : technologie et durabilité, technologie et démocratie, technologie et changement climatique, et technologie et communauté.

Ces ateliers déboucheront sur un ensemble de lignes directrices qui seront discutées avec les décideurs politiques et les parties prenantes au niveau local et international. La dernière étape consistera à publier un document de recommandations politiques visant à accroître la sensibilisation à l’intelligence artificielle et à son potentiel pour la participation des citoyens.

Les 12 et 13 juillet 2023, Ohme a organisé deux ateliers interactifs au FARI, l’Institut de l’IA pour le bien commun, afin d’explorer des réponses pratiques aux problèmes sociétaux à l’aide de l’IA.

En travaillant avec des citoyens, des experts en IA et des professionnels, nous avons exploré comment ces technologies peuvent être appliquées à deux secteurs importants pour la durabilité de nos communautés : l’alimentation et l’économie circulaire. Comment ces nouveaux outils peuvent-ils avoir un impact positif sur la société ? Dans quelle mesure cet impact peut-il être réel ?

En partenariat The Barn Bio Market – Brussels | La Ferme du parc Maximilien | Kroket | Le Pédalo | Terroirist

Mission : Répondre aux défis d’un partenaire bruxellois actif dans le secteur alimentaire en explorant les possibilités et les limites de ces nouvelles technologies.

Cet atelier s’est également penché sur les questions éthiques et sociétales liées à la mise en œuvre de ces outils, afin de donner une vue d’ensemble de ce sujet d’actualité.

En partenariat avec Repair together

Mission : Répondre à différents défis tels que la réparabilité et l’obsolescence programmée en explorant les possibilités et les limites de ces nouvelles technologies.

Cet atelier s’est également penché sur les questions éthiques et sociétales liées à la mise en œuvre de ces outils, afin de donner une vue d’ensemble de ce sujet d’actualité.

 

Le 30 novembre 2023, Ohme a organisé au FARI une matinée de discussions et d’échanges pour explorer le potentiel de l’intelligence artificielle combinée à l’art pour renforcer la participation civile et l’engagement dans les processus démocratiques, en mettant l’accent sur les questions liées au changement climatique. Cet événement – gratuit sur inscription – a été conçu pour un public de décideurs politiques, de chercheurs et de fonctionnaires travaillant dans les administrations publiques belges.

9:30 – 10:00 : Accueil des participants et du public dans les locaux de FARI à Be-Central (Cantersteen 16, 1000 Bruxelles)

10:00 – 10:40 : Première intervention de Neena Singh du Knowledge center – Data & Society, le centre central pour les aspects légaux, sociaux et éthiques des applications basées sur les données et les applications de l’IA, présentant Amai ! – Stimuler la culture de l’IA et co-créer des solutions d’IA pour les défis sociétaux.

10:40 – 11:00 : Pause café

11:00 – 11:40 : Deuxième intervention d’Antoine Bertin, artiste français travaillant avec le centre de recherche Earth Species Project pour décoder le langage des animaux en utilisant l’IA afin de développer des formes innovantes de sensibilisation et des pratiques de plaidoyer pour sensibiliser le public aux questions du changement climatique.

11:40 – 12:30 : Table ronde avec les intervenants de la matinée et un représentant de FARI

12:30 – 13:30 : Déjeuner de réseautage

PARTENAIRES

Baltan Laboratories est un laboratoire culturel indisciplinaire basé à Eindhoven (NL). Baltan Lab se concentre sur les questions sociétales par le biais d’une approche relationnelle, en créant des espaces pour répéter la vie autrement. Dans un monde plein de complexité, Baltan Lab défend l’importance des interactions entre différentes disciplines pour parvenir à une approche relationnelle capable de répondre aux questions environnementales, politiques, sociales, économiques et technologiques auxquelles nous devons faire face aujourd’hui. 

Ohme une organisation basée à Bruxelles (BE) qui crée et produit un contenu original à l’intersection des arts et des sciences. S’appuyant sur une équipe pluridisciplinaire d’ingénieurs et de professionnels du secteur culturel ainsi que sur un large réseau scientifique et artistique, Ohme a pour objectif de développer de nouvelles formes de médiation scientifique, de création artistique pluridisciplinaire, d’éducation et d’innovation à travers des pratiques collaboratives.

Sineglossa est une organisation culturelle basée à Ancône (IT) qui encourage de nouveaux modèles de développement durable en réponse aux défis mondiaux en appliquant les processus de l’art contemporain.

Zaragoza City of Knowledge Foundation (FZC)/Etopia est une fondation privée à but non lucratif fondée en 2004 et basée à Saragosse (ES). Ses objectifs fondateurs comprennent la diffusion des progrès réalisés par la société de la connaissance pour construire une société plus participative, égalitaire, inclusive et innovante, ouverte aux nouveaux développements et aux opportunités offertes lorsque nous travaillons à l’intersection de l’art, de la science et de la technologie.

TRIAXES Ens

Triaxes+

En tant qu’acteur bruxellois autour des thèmes de l’interdisciplinarité, de l’innovation et de la collaboration, participer à la coordination de TRIAXES Ens à partir de 2019 était une opportunité qu’Ohme ne pouvait pas manquer !

TRIAXES Ens est un projet collaboratif intensif et passionnant développé conjointement avec les écoles de design, de commerce, d’ingénierie et de droit. Il réunit des étudiants de quatre facultés pour collaborer et intégrer des modèles de design thinking tant pour le prototypage de produits que pour le modèle d’affaires envisagé. Ce module de master interfacultaire destiné aux étudiants de MA2 combine les caractéristiques suivantes : créativité, multidisciplinarité, esprit d’entreprise, développement de produits, travail en équipe et apprentissage par projet. Le caractère unique du programme provient de cette combinaison innovante, de la façon dont elle est intégrée dans un écosystème pédagogique en constante amélioration et des résultats d’apprentissage forts et rares offerts par cette expérience.

Tout programme d’études universitaires dans une faculté et un domaine scientifique spécifiques offre peu d’occasions d’échanger, de partager et de collaborer avec des personnes d’autres horizons. La méthodologie TRIAXES offre cette opportunité de sortir de la monoculture éducative spécifique à laquelle les étudiants ont été confrontés pendant leurs études supérieures. L’ENS TRIAXES est une allégorie pratique de ce que l’on pourrait appeler la « synergie transdisciplinaire ». L’intelligence collective d’étudiants d’horizons différents, unis derrière un objectif commun, conduit à des solutions créatives à des défis complexes et à des résultats tangibles qui vont au-delà de ce qui serait possible en mettant simplement les disciplines côte à côte.

En termes de résultats d’apprentissage, cette expérience collaborative aide à surmonter l’individualisme et la pensée en silo et à acquérir de nouvelles (méta-)compétences et mentalités durables qui sont des facteurs clés de réussite dans le monde du travail (post-diplôme) dans la vie réelle : ouverture d’esprit, pensée critique, changement de perspective, transfert de connaissances, mentalité de travail en équipe, répartition des tâches, introspection, etc. En outre, l’approche de l’apprentissage par projet motive les étudiants en les engageant activement dans un projet du monde réel et personnellement significatif.

De 2013 à aujourd’hui, 89 étudiants ont pris part aux projets TRIAXES Ens. L’édition 2019-20 a marqué la fin du premier chapitre. En effet, nous avons de nouvelles perspectives et ambitions pour les programmes TRIAXES Ens. Nous travaillons actuellement avec l’équipe d’encadrement sur deux nouveaux formats : les mémoires de master de TRIAXES Ens et le master avancé de TRIAXES Ens.

Notre plus grand désir et notre plus grande ambition est d’aller encore plus loin dans l’interdisciplinarité en impliquant des personnes issues d’horizons plus larges : artistes, biologistes, architectes, musiciens, philosophes, etc. Plus d’infos bientôt !